Le tourisme surfe sur la vague Pokémon GO

La version française de Pokémon GO est tout juste sortie que c’est déjà la frénésie ! Les chasseurs courent les rues, les parcs et les campagnes à la recherche de nos petits amis virtuels. Les villes se transforment en immense terrains de jeu.

2016-07-27T00:00:00+02:00

Pour les non-initiés

Nintendo a créé, par le biais de sa filiale Niantic, un jeu vidéo pour Smartphones combinant géolocalisation et réalité augmentée. Le tout inspiré de la célèbre licence japonaise Pokémon. Le but est simple. On parcourt les villes en tant que dresseur à la recherche des petites créatures virtuelles grâce à une reconstitution du monde réel en décor interactif visible sur son Smartphone. On les capture et on les entraine pour conquérir des arènes où l’on affronte –virtuellement- d’autres joueurs. La sortie récente du jeu a connu un véritable engouement depuis deux semaines faisant de l’ombre aux plus grands réseaux sociaux. Il n’est plus rare de croiser de jeunes dresseurs, portable à la main, à la quête d’un Pikachu ou d’un Carapuce.
La version française de Pokémon GO est tout juste sortie que c’est déjà la frénésie ! Les chasseurs courent les rues, les parcs et les campagnes à la recherche de nos petits amis virtuels. Les villes se transforment en immense terrains de jeu.

Un pas en avant !


Nombreux sont ceux qui vantent l’effet bénéfique de ce jeu incroyable sur la nouvelle génération qui préférait jusqu'à lors se terrer dans une chambre sombre avec pour seuls compagnons une manette et un pc douteux. Désormais, les jeunes sortent, ils se réunissent en équipe et parcourent leurs villes comme Sacha Ketchum parcourait « la terre entière, se, bâtant avec espoir … ». Pour autant, les villes et les entreprises privées voient plus loin. L’engouement pour ce jeu inédit représente une véritable opportunité économique et visuelle.

Capturer les Pokétouristes !


De fait, Pokémon GO touche un public très large avec plus de 50 millions de téléchargements via le Google PlayStore et, une chose est sure : les dresseurs sont prêts à se déplacer. Ils deviennent alors des touristes potentiels et les villes envisagent aujourd'hui les astuces du jeu comme des outils de communication. Niort, Nantes, Nancy...toutes se prêtent au jeu. Rouen invite même les joueurs à découvrir la ville dans la peau des personnages et, bien que l’effet Pokémon ne soit pas encore avéré comme étant bénéfique au tourisme, le pari semble gagné d’avance. Pour preuve, les capitales touristiques ne sont pas les seules à se lancer dans cette nouvelle forme de Marketing

En ligne de mire des entreprises


John Hanke -PDG actuel et fondateur de Niantic, société qui a développé le jeu à réalité augmenté- déclare d’ores et déjà « Les entreprises nous paient pour apparaître dans le jeu ». C’est un des nombreux moyens par lesquels Niantic Labs génère des revenus. Concrètement, la création de lieux sponsorisés permet d’offrir une nouvelle forme de publicité : une publicité virtuelle qui attire directement les cibles jusqu’aux points de vente.

Comment ça fonctionne ?


Les entreprises peuvent nouer des partenariats avec Niantic afin de transformer leurs Boutiques en PokéStops, un lieu où les dresseurs peuvent attraper des Pokémons et se ravitailler en objets utiles à la capture ou à l’évolution de leurs créatures virtuelles. Imaginez, par exemple, un marchand de glaces Pokémons qui possède une telle arme publicitaire. Sa boutique apparaîtrait sur les Smartphones de tous les joueurs à proximité comme point de ravitaillement virtuel et, une fois la clientèle sur place, il est aisé d’imaginer l’impact que peut avoir cette stratégie sur les ventes du dit commerçant.
Vous l’avez compris, à peine trois jours après sa sortie, Pokémon Go incarne déjà de nouvelles perspectives stratégiques de communication et affirme la position de la réalité virtuelle augmenté comme outils au service des entreprises.

Attrapez-les tous !